Le Chypre du Moyen-Age

La complainte de Blanche Biche 16e siècle

Au 14e siècle, on trouve mention dans des inventaires seigneuriaux des “Oiselets de Chypre”.

 

Ces objets parfumés destinés à être brûlés pour combattre les vents de peste étaient composés de pâte odoriférante à base de gomme et de résine malaxées avec des aromates, mouillées d'Eau de Rose puis moulée en forme d'oiseaux. Benjoin, Mousse de Chêne, Cyprès, Iris, Storax et Souchet rentraient dans la composition. Dans les traités de parfumerie du 18e siècle, le Musc et l'Ambre seront alors rajoutés pour compléter ces eaux.

 

Avec ses notes de sous-bois, de mousse épaisse et verdoyante, le Chypre évoque depuis toujours le charisme, le magnétisme et le mystère.

 

Le Chypre du Moyen-Age est une senteur ancienne, animalisée. Ses notes de sous-bois et de champignons nous emmène dans les profondeurs de notre forêt intérieure.